Actualité

« Nous sommes venus nous prosterner devant lui. » Epiphanie (Mt 2,1-12)

Matthieu est le seul évangéliste à rapporter cet épisode des mages venus d’Orient pour se prosterner devant le roi des Juifs. Dans cette rencontre entre les mages et l’enfant Jésus, il n’y a pas de parole. Les mages se prosternent, dans un geste d’adoration, de révérence, de respect, dans une attitude de prière. Nous sommes ainsi invités à un silence d’adoration. Lorsque nous sommes prosternés devant Dieu, au lieu de coffrets, ouvrons-lui notre cœur. Déposons nos présents, c’est-à-dire nos joies, nos peines, nos actions de grâce, notre amour ou notre manque d’amour aux pieds de l’Enfant. Les mages ne reviennent pas sur leurs pas mais ils regagnent leur pays par un autre chemin car ils sont ‘autres’. Qu’un chemin de vie nouveau, ‘autre’, s’ouvre aussi pour chacun en ce début d’année.

Retour